Mon AVIS sur BREAKLETICS !

Mon AVIS sur BREAKLETICS !

Mon AVIS sur BREAKLETICS ! 

Breakletics — est-ce de la préparation physique ?

 

Depuis quelques années on entend parler d’un mouvement assez important qu’est Breakletics ! Aujourd’hui on va en parler, je vous donne mon avis sur la question !

 

Breakletics a été créée par bboy Petair. C’est une discipline mêlant Fitness et break. La question que vous devez vous poser est : puis-je utiliser les exercices qu’ils démontrent pour me renforcer ? Pour cela nous devons d’abord nous poser une autre question : quel public vise-t-il ? Est-ce que c’est la communauté bboying ou un public plus large de non-danseur ?

 

Comme vous le savez, je suis préparateur physique, mais il y a quelques années, j’ai pu exercer en tant que coach fitness. Je donnais différents cours qui portent le nom de cours Les Mills. Il s’agit de cours, pré conçu, que le coach apprend et dispense à ses adhérents. Il y a différents types de cours, vélo, musculation, cardio et même combat (qui regroupe différentes techniques des arts martiaux mises en scène sur de la musique), etc. Je pense que Breakletics est à peu près la même chose. 

 

Breakletics est un mélange de break et de fitness. Un programme donné à tout le monde.

 

Ce n’est pas de la préparation physique et cela n’a pas pour vocation à l’être.

 

Il apporte un renouveau formidable à travers un catalogue de mouvement jusqu’alors, jamais proposé dans le monde du fitness. En revanche, ce n’est pas optimal pour une préparation physique de bboys ou bgirls.

 

La préparation physique a un intérêt dès lors que l’on s’entraîne ne serait-ce qu’une heure par semaine. Le breakdance est un sport à un impact, très traumatisant pour les articulations, pour cause, il repose autour de la pliométrie, régime de contraction très sollicitan. (La pliométrie était la capacité d’un muscle à fonctionner comme un ressort.) 

 

Le constat est simple, la plupart des danseurs s’entraînent en autodidacte sans connaître les bases des sciences liées aux corps humains. Ils ne sont pas fautifs dans cette histoire, contrairement aux entraîneurs autoproclamés se confortant dans l’argument de leur palmarès au détriment de vraies compétences acquises lors de formations et recherches constantes. 

 

Sachez une chose, la pliométrie est le régime de contraction le plus éprouvant pour le corps. Si vous vous entraînez entre 3 et 7x par semaine comprenez que là, la préparation physique va vite devenir nécessaire, car votre corps ne supportera pas longtemps cela ou en tout cas vous mettra face à vos limites. Là où Breakletics peut être « dangereux », c’est si on le considère comme étant un programme pouvant être utilisé sur le long terme. Là, vous courez à votre perte. Ce sont exactement les mêmes appuis, les mêmes régimes de contractions, avec un rythme effréné ! 

 

Ne croyez pas que des exercices extra ordinaires vont vous rendre extraordinaire.

 

Je sais, c’est tentant de croire que faire des pompes claquées enchaîner avec baby freeze suivi de soulevé de pneu tout ça avec un masque limitant l’oxygène, est tentant, mais ce n’est pas le cas. En tout cas, ce genre d’entraînement n’est en réalité utilisée qu’une très courte période dans l’année. Vous devez d’abord passer par une véritable préparation physique générale, construire des bases solides et là, et seulement là, dans de périodes très brèves, à des moments clefs de l’année, Breakletics peut être intéressant. 

 

Lorsque l’on se prépare à une compétition, on cherche dans un premier temps à se renforcer généralement. On vise à développer les qualités musculaires, nerveuses et cardio-vasculaires et diminuer les déséquilibres musculaires. Plus on se rapproche du jour J plus on cherche à transférer ses nouvelles qualités vers des compétences, celle de la discipline. Ce transfert est une phase importante. On utilise généralement des exercices de la préparation physique générale combinée à des exercices propres au breakdance pour se rapprocher de la spécificité de la discipline. C’est là l’intérêt que je trouve à Breakletics. Mais cela ne doit représenter que très peu de votre entraînement. Sinon, on s’expose aux risques énoncés plus haut. 

 

Voilà, vous avez mon avis sur la question. En résumé Brealetics est une formidable avancée pour le monde du fitness, car il permet de proposer au monde un autre catalogue de mouvement plus fonctionnel que ce qui se fait dans l’univers du fitness. Il n’est dangereux pour les danseurs qu’à partir du moment où, en plus d’une fréquence d’entraînement supérieur à 4/5x par semaines vous ajoutez ce type renforcement. Mes respects à Mr Petair pour la qualité de son travail que ce soit en tant que fondateur de Breakletics ou même en tant que danseur. Il m’a inspiré en tant que danseur et m’inspire aujourd’hui autour de son projet !

 

Voilà, si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à me le faire savoir, j’y répondrai avec plaisir !

 

En attendant, prenez soin de vous !

 

Medja

 

Gagner GRANDEMENT en souplesse (Breakdance) !

Gagner GRANDEMENT en souplesse (Breakdance) !

Gagner GRANDEMENT en souplesse (Breakdance) !

Aujourd’hui on va voir comment gagner en souplesse en breakdance . J’aimerai partager avec vous un nouveau protocole d’étirement que j’ai pu testé ces dernières semaines dont j’ai eu des résultats plus que satisfaisant. Si vous n’avez déjà pas expérimenté d’autres techniques, plus simples comme celle dans l’article énoncer, alors cela ne vous concerne pas. Allez tout d’abord lire l’article étirement ici.

Je ne sais pas si, comme moi, vous avec du mal à progresser en souplesse. J’ai passé cette dernière dizaine d’année à tenter différents protocole d’étirement pour m’améliorer mais je n’ai jamais eu les résultats escompter. J’ai beaucoup lu et après avoir découvert certains préparateur physique, j’ai reconsidéré mon approche des étirements sur plusieurs points.  

Tout d’abord, comme cela est expliqué dans l’article sur les étirements que vous pouvez trouvez en cliquant ici, il existe différents type de souplesse. Sans rentrer dans les détails, retenez simplement que l’objectif lorsque l’on s’étire est de réussir a transférer, convertir, les acquis de votre souplesse dites passive (vous êtes assis en écart, quelqu’un ou un élastique force votre ouverture, c’est de la souplesse passive) vers une souplesse dites fonctionnelle (Faire Thomas exige que votre souplesse soit fonctionnelle). 

L’idée est donc de varié les différents types d’étirements pour faciliter et rendre effectif ce transfert. Le protocole que je m’apprête a vous délivrer, d’après mon expérience, accélère cette progression mais ne doit être effectuer que 2 à 3 fois par semaine maximum et ce, à distance des séances trop exigeante. J’entends par exigeante, les séances demandant un effort quant à votre souplesse. Cela pourrait être une séance spécifique powermoves, ou séances de renforcement types Force ou explosivité (si vous ne savez pas ce qu’est la force, prenez absolument les 10 prochaines minutes qui suivent cet article à lire l’autre article c’est fondamental pour votre progression).  

Le protocole

Revenons à ce protocole qui est en réalité un mélange de différentes techniques ayant toute fait leur preuve. Il est réservé aux personnes étant de nature très explosive et raide. J’ai baptisé ce protocole le WLD pour Wushu Loaded and Dynamic. 

 

C’est un protocole en 3 temps qui prend en compte un type de souplesse bien ciblé. L’exemple que je vous donne est issu d’un futur programme dont l’objectif sera de rendre le corps prêt pour les powermoves, plus grand force, explosivité et souplesse en 3 mois. 

 

WUSHu

Pendant 30 secondes vous allez réaliser de petit mouvement de vas et viens sans aller dans vos amplitudes extreme de souplesse, soyez dans le controle. Ajouter a cela 30 secondes supplémentaire durant lesquelles vous allez chercher l’amplitude maximal avec un relâchement total. Une fois cette minute effectuée, enchainer avec le Loaded.

Loaded

Cette partie est délicate et exige toute votre concentration, vous devez être à l’écoute de votre corps et arrêtez en cas de douleur. Vous allez passé 1 à 2 minutes en position d’étirement lesté. De manière naturel, l’apesanteur en lien avec votre poids joue le role de lest, dans le cas de certaines postures et de tendance à l’enraidissement, l’ajout de charge peut être extrêmement bénéfique. Vous allez donc effectuez la posture mais avec une charge supplémentaire. Viens ensuite la partie dynamic qui sera la plus importante car elle représente l’élément le plus proche du transfert à effectuer.

Dynamic

Vous allez réalisé 10 répétions d’un mouvement dynamique afin de transférer la souplesse acquises lors des deux exercices précédent. L’objectif est de l’intégrer dans un mouvement plus complexe. Ce mouvement doit se rapprocher d’autres ensemble de mouvement qui pourront vous aider dans votre pratique. A la fin de cette partie prenez 1 minute avant de recommencer.

Vous pouvez faire ce protocole WLD 2 à 3 fois par semaine en complément d’un programme d’étirement plus doux. Il permet d’optimiser la progression et commencer un vrai travail de transfert. Il se peut que vous ayez des courbatures le lendemain c’est tout a fait normal. Il se peut que vos membres tremble un peu durant les étirements dans ce cas là c’est que la charge ou la posture est trop intense, dans ce cas, diminuez l’intensité. 

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à me dire dans les commentaires votre avis sur la question. Quel est votre méthode pour gagner en souplesse ?!

Medja

Pourquoi « Pomper », c’est pas si mal !

Pourquoi « Pomper », c’est pas si mal !

Pourquoi POMPER (COPIER) ce n’est pas si mal en fin de compte !

Si je te disais Pourquoi POMPER (COPIER) ce n’est pas si mal en fin de compte, que ça pourrait te rendre encore plus fort, me croirais-tu ? Qu’est-ce qui nous empêche de copier ? La morale ? Maintenant que j’ai ton attention, laisse-moi te dire pourquoi je pense que c’est bien ! Je t’arrête tout de suite je suis contre le fait de copier, mais « pour » sous certaines conditions que j’aimerais te présenter ici. 🙂 

À l’instar d’autres disciplines, je considère quelqu’un comme artiste à partir du moment où il créer quelque chose. Cela peut être une œuvre faite de ses propres mains, exprimée à travers son propre corps, etc. Dès lors que nous exposons notre œuvre, nous sommes assujettis à la possibilité d’être singé, copiés, pompés honteusement !

Cette pratique de copie, de détourner, se fait depuis tout temps, dans toutes les disciplines. C’est un acte considéré comme immoral, et à juste titre, car l’on s’approprie le travail d’autrui. C’est un acte qui peut détruire celui qui en est la victime, cependant, force est de constater que c’est ce qui fait grandement avancer notre art…

Dans notre discipline, nous attachons une attention particulière à cela et nous n’hésitons pas à jeter l’opprobre sur ceux qui ont copié. Nous avons même nos propres codes langagiers pour exprimer notre désaccord. Se taper les coudes en battle est lourd de conséquences et n’est pas anodin. C’est clairement réduire le travail de l’adverse à néant ! 

Notre discipline ne manque pas de copieur, qui pourtant son parfois de grand champion, de grands performeurs. Peut-être la faute vient-elle de nous, à vouloir du spectacle plus que de vrais artistes. Je n’ai pas la réponse. Malheureusement. Mais je pense que des danseurs démasqués ne devraient plus pouvoir s’exprimer nulle part. Je fais ici la distinction entre interprètes (danseurs qui font les passages qu’on leur écrit) des pompeurs (qui copient consciemment quelqu’un d’autre). Ce n’est que mon point de vue. 

Nous avons pu le voir dans d’autres domaines tels que l’humour avec la chaîne Copy Comics. Chaîne YouTube comparant l’humoriste pompeur à l’humoriste pompé. Des vidéos de ce genre sortent également sur certains danseurs de notre communauté. Quand bien même, je pense qu’il faut connaître la véritable histoire pour pouvoir juger de qui a copié qui. Mais cela est une autre histoire. 

 

Je vous ai exposé un premier point de vue, en voici un deuxième évidement compatible avec le premier et qui je pense, dois être combiné. Je pense que copier peut-être un immense avantage tant que ce dernier n’est pas exposé comme étant notre travail. Je m’explique.

En psychologie du sport, il y a un exercice appelé l’imagerie mentale dont l’objectif est de visualiser une scène avec un mouvement particulier, bien réalisé, afin de ressentir ce que l’exécutant ressent et ainsi, mieux faire l’exercice. J’écrirais un article sur le sujet prochainement.

À travers le ressenti de l’autre, nous pouvons alors nous améliorer.

Vous voyez où je veux en venir ? Copier peut-être très intéressant pour les débutants. Car en faisant cela, ils peuvent comprendre par quel chemin les « copiés » sont passés pour trouver tel ou tel mouvement, et sentir l’énergie qui les a animés lorsqu’ils ont créé.

C’est une phase qui est très utile pour le débutant, car il va constamment changer de figure identificatoire dans la danse, et c’est en s’inspirant de chacun qu’il va dans un premier temps avoir confiance en lui. Cette confiance va lui permettre de créer ses propres mouvements, basés sur ses inspirations et sa personnalité, pour qu’au final, ils puissent avoir confiance en lui par le biais de ses propres mouvements.

Quel avis avoir sur le fait de léguer certains mouvements ? Est-ce que l’invention d’un artiste peut être léguée à ses élèves ? À vrai dire je ne sais pas. Je suis tenté de dire oui et tenter de dire non. Avis aux amateurs de manga ! Naruto a copié le Rasengan, mais se l’est approprié pour ensuite le faire évoluer jusqu’à ne plus reconnaître le mouvement primaire.

D’un autre côté, la force d’un élève tient de la force du maître. Avoir un bon prof sera peut-être vu comme avoir des parents aisés en comparaison avec la scène scolaire, le paysage de l’Éducation nationale. Devons-nous tenter d’effacer les inégalités dans notre danse et ne pas accepter qu’un mouvement puisse être légué . Mon point de vue est le suivant. Personne d’autre exception faite du créateur du mouvement ne peut reproduire ce mouvement en contexte de compétition.

Dès lors que vous l’avez créé vous êtes à la fois propriétaire et non-propriétaire, car vous pourrez l’exécuter, mais non le transmettre. C’est peut-être un point de vue extrême là-dessus je n’ai pas de vraie réponse à vous apporter sinon mon avis, j’aimerais avoir votre avis d’ailleurs sur ce sujet !

Revenons à notre sujet. Je pense que copier peut-être quelques choses qui nous font énormément progresser, nous, et notre art. En revanche, rien ne devrait être exprimé en battle tant que le mouvement en lui-même n’est pas transformé complètement. Car vous savez, ou saurez, que créer un mouvement demande des heures de rechercher, puis de travail pour maîtriser le mouvement.

En résumé, copier doit être un outil pédagogique pour faire ressentir à ses élèves, l’énergie d’un danseur, sa force créative, mais en aucun cas pour faciliter un travail de recherche. Inutile de se cacher derrière de fausse excuse comme le célèbre « hommage » rendue ou emprunt d’un « pote ». Comme l’expression du milieu le veut. « on vous voit »

J’espère avoir pu vous partager mon point de vue sur la question, n’hésitez pas à me faire parvenir vos points de vue. Ça m’intéresse énormément et me fera progresser tout autant que vous je l’espère pense ! En attendant, je vous souhaite une bonne journée, un bon training et je vous dis à très bientôt.

Medja

Comment sauver ses épaules du breakdance ?!

Comment sauver ses épaules du breakdance ?!

Comment sauver ses épaules du breakdance… !?

Comment sauver ses épaules du breakdance ?! Je reçois souvent des messages de danseurs pratiquant de powermoves et tricks ayant des problèmes très graves aux épaules alors qu’ils ont à peine 30 ans…

Face à ce constat je vous propose d’aborder votre préparation physique à travers un concept appelé Ratio de force, initialement apporté par l’approche anglo-saxonne et popularisé en France Via les auteurs Aurélien Broussal Derval et Olivier Bolliet. Vous retrouverez ce concept détaillé dans leur livre « La préparation physique moderne, disponible via ce lien.

Explications

Tout d’abord le contexte. Il faut comprendre comment le corps fonctionne. L’environnement impose des exigences à l’individu. Face à cela, le corps va se modeler afin de rendre l’individu capable de surmonter ses exigences, et ce, avec plus de facilité.

Jusqu’ici tout va bien. Le problème vient justement de ce principe adaptatif lorsqu’il intervient en contexte sportif. On spécialise notre corps dans une activité en particulier, alors que celle-ci est dans la majorité des cas, génératrice de déséquilibres musculaires.

La pratique du sport n’a rien de naturel. D’autant plus lorsque vous cherchez à performer. SI nous regardons l’exemple du breakdance, il impose au corps certaines contraintes qui vont modifier le corps. Bien qu’elle puisse être bénéfique en plusieurs points elle va être telle, qu’elle va mener le corps à la blessure.

Le breakdance repose essentiel sur des patterns de mouvement lié à la « poussée », nous sommes quasiment tout le temps dans un rapport de poussée, utilisant des muscles comme les épaules, pectoraux et triceps et rarement de tirage utilisant des muscles comme le grand dorsal, trapèze, biceps. Ce qui génère un déséquilibre inévitable et façonne notre posture comme sur l’image à gauche. À cela vient s’ajouter nos modes de vie sédentarisés qui augmentent nos déséquilibres, malheureusement, dans le sens du breakdance. 

Il convient, plus que jamais, de pallier ces déséquilibres à travers un travail réfléchi de préparation physique. 

Applications

Votre préparation physique doit prendre en compte les différents aspects de l’épaule. Vous devez oeuvrer pour garder ou rendre votre épaule saine. Pour cela, il faut que sa force dans certains types de mouvements soit suffisante. Pour savoir si vos épaules sont en bonne santé, il suffit de comparer vos résultats dans l’exécution de certains exercices et de voir où sont vos forces et vos lacunes. 

Chaque répétition fait sur les mouvements présentées devront être faite avec 3 secondes lors de la descente et 1 seconde ou moins sur la poussée/tirage la plus puissante possible.

Tout d’abord, vous devrez réaliser 1 RM (1 répétition maximale) sur le développer couché anatomique, voir l’article sur la force pour plus d’informations. (Ne pas tenter de faire 1 RM si votre expérience en musculation est inférieure à 2 mois.) Il représentera alors votre 100%. À partir de 100% vous devrez répondre aux exigences suivantes.   

Voici un exemple. Vous pesez 70 kg. Vous réaliser 1 répétition à 80 kg du développé couché anatomique, c’est votre 100%. Voici ce que vous devriez pouvoir réaliser dans les autres domaines. Si ce n’est pas le cas, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour sauver vos épaules. Travailler vos lacunes. 

Télécharger le tableau sous format Excel en cliquant juste ici, vous aurez accès à la personnalisation du poids et de votre 1RM ainsi qu’un lien vidéo pour chaque exercice présenté. 

 

Précisions :

  • Le développé couché anatomique et les tractions pronations se font avec une prise de main de la largeur des épaules.
  • La charge présentée pour les Dips et les Tractions correspond à la charge supplémentaire devant être utilisée.
  • La charge des 3 derniers exercices d’épaules correspond à celle pour chaque bras et le mouvement doit se faire non pas sur 1 répétition mais sur 8.

Ce tableau vous aidera à créer vos programmes et surtout vérifier vos équilibres musculaires. Si vous voyez une trop grande différence avec votre valeur de référence rectifier là. Car restez dans cette situation alterneront vos performances ou pire, vous mènera à la blessure.

J’espère que vous aurez saisi l’importance de prendre en compte chaque partie de votre corps et de maintenir, au mieux, l’équilibre entre vos muscles. Si c’est le cas partagez l’article autour de vous pour éveiller la conscience de la communauté !

Medja

Comment booster ses performances en breakdance SANS EFFORT ?!

Comment booster ses performances en breakdance SANS EFFORT ?!

Comment booster ses performances SANS EFFORT ?! (Technique psychologique)

Bboys, Bgirls j’espère que vous allez bien ! 

Comment booster ses performances en breakdance sans effort ?! Aujourd’hui, nous allons parler psychologie du sport. Comme vous l’avez sûrement vu dans l’article portant sur l’explosivité de Neguin ou Lilzoo. La psychologie du sport à toute sa place dans la préparation des athlètes, des sportifs et par extension de nous, danseur. Elle trouve son utilité dans la suppression de certaines barrières mentales nous empêchant d’exprimer notre plein potentiel et, aussi, dans certaines techniques « secrètes » boostant nos capacités ! 

Je travaille d’ailleurs en ce moment sur une recherche permettant d’apprendre à utiliser ses émotions pour booster ses performances dans le cadre du breakdance. Si l’aventure vous intéresse, écrivez-moi !

L’Étude

Revenons à notre article. Ce que je m’apprête à vous dévoiler est une formidable découverte et une astuce de taille pouvant être mise en place dans n’importe quelle situation.

Des chercheurs en psychologie ont tenté de démontrer le poids des stéréotypes dans un contexte sportif. Pour cela, ils ont pris deux groupes de personnes. 

Groupe 1

On présentait au premier groupe une vidéo de personnes âgée. Face à cette image, les participants, de manière inconsciente et automatique, se représentaient tous les stéréotypes des personnes âgées. Lent, faible, peu agile, etc. Ce sont des stéréotypes hein ! Je ne pense pas ça !

Groupe 2

On présentait au deuxième groupe une vidéo de basketteur. Le même processus inconscient et automatique se mettait en place avec les stéréotypes associés : athlétique, rapide, etc.

Suite aux visionnages de ces vidéos. Ils ont confronté les deux groupes à différentes taches physiques. Tir au panier, lancé de poids, etc.

Résultats.

Les personnes ayant visionné les vidéos de basketteur ont vu une augmentation de leur performance. Les personnes ayant visionné les vidéos de personnage âgé ont vu leur performance baisser. 

Comment l’appliquer au breakdance ?

Nous sommes face à un outil incroyable, mais à double tranchant. Le simple visionnage d’une vidéo augmente ou diminue nos performances sans que nous en ayons conscience. Ce qui veut dire qu’il est très important de contrôler ce que nous observons au quotidien. Si vous souhaitez en savoir plus, j’ai, comme d’habitude, indiqué les références de l’article en bas de cet article. 

Mais ce n’est pas tous les amis ! Eh oui, la vidéo est un outil intéressant, mais sachez également que la simple représentation mentale ou imagination permet d’avoir des résultats similaires.

Pocket

Le fait de vous imaginer par exemple bboy pocket, devrait par analogie, accroître votre vitesse mais il pourrait réduire également votre aisance en top rock (On ne peut pas être bon partout).

Lilou

Le fait de vous imaginer bboy Lilou devrait accroître votre aisance scénique ou votre tendance à titiller les « Krumper »… petite blague. Etc. Expérimentez cela, tentez l’expérience et dites-moi ce que vous en pensez ! 

Partager l’article autour de vous ! Dites-moi dans les commentaires votre avis sur cette méthode et si vous avez déjà ou non mis en place ce genre de stratégie ! Si vous souhaitez participer à l’étude dont j’ai parler en début d’article écrivez-moi à l’adresse suivante : contact@medja.fr

En attendant, je vous dis à très bientôt pour un nouvel article ! 

Medja